Dialogues live

Quand le THD passe par un Réseaux d'Initiative Publique

Nombreuses sont les collectivités à développer un Réseau d’Initiative Publique (RIP) pour pouvoir bénéficier d’une couverture en THD. Quel est l’état des lieux des RIP en France ? Quelles en sont les retombées sur le tissu économique des territoires concernés ? Quels sont les atouts d’Orange pour la construction et l’exploitation de RIP ? Quelles structures met-il en place et avec quelles équipes ? De nombreux experts et élus répondent.

Lire l'interview

Réseaux d'Initiative Publique

Orange est un acteur de référence sur le marché des RIP. Quelles sont la stratégie et l’ambition du Groupe dans ce domaine aujourd’hui ?

Cyril Luneau : Orange est pleinement engagé dans les RIP et mène une stratégie volontariste et très ambitieuse sur ce marché. Les RIP sont au cœur de l’aménagement numérique des territoires en THD, dont Orange est aujourd’hui la locomotive, en complémentarité avec les déploiements réalisés sur les fonds propres de l’entreprise. Parce que construire, opérer et commercialiser des réseaux, toutes technologies confondues, est dans l’ADN de notre groupe, notre ambition est d’être choisi comme opérateur dans le plus grand nombre de RIP possible. Pour cela, nous avons pris des décisions claires d’accélération et d’amplification de nos engagements : doublement de notre budget alloué aux RIP, mise en place d’un catalogue de services avec des offres activées permettant à tous les acteurs de venir sur les RIP, ouverture à des partenaires industriels et financiers… Aujourd’hui, plus que jamais, nous sommes au rendez-vous des RIP ! Par notre capacité d’écoute du client et d’adaptation à ses besoins, nous sommes en mesure de proposer la meilleure offre aux territoires, en fonction de leurs spécificités. Ce sont actuellement plus de 20 procédures d’appels d’offres auxquelles nous répondons. Cette stratégie porte déjà ses fruits puisque de nombreux territoires ont déjà fait confiance à Orange pour la construction et l’exploitation de leur RIP. Fin 2016, nous avions déjà réalisé 33 % des prises commercialisables. Tout récemment, le département de la Loire-Atlantique a choisi Orange pour son RIP, et avant elle la Moselle, la Vendée, le Gers. Au total, Orange est opérateur de RIP dans 11 collectivités et numéro 2 sur ce marché.

Quelle est la position d’Orange lorsqu’un RIP est déployé par un autre opérateur ?

CL : Nous sommes déjà présents comme FAI (Fournisseur d’Accès Internet) sur des RIP déployés par d’autres, comme à Pau, dans les départements de la Manche, de la Seine-Saint-Denis, du Val-d’Oise, de l’Ain, ou encore de la Seine-et-Marne. Permettez-moi de souligner que nous sommes d’ailleurs le premier FAI cofinanceur sur des RIP, à la fois sur les RIP que nous produisons et sur des RIP tiers. À fin 2016, Orange est présent sur 394 000 prises déployées sur les RIP, en tant que FAI, sur un total de 801 000 prises, soit bien au-delà de son périmètre d’opérateur exploitant de RIP.

 

Par ailleurs, et pour favoriser notre venue sur des RIP en tant que FAI, nous fournissons à l’ensemble des porteurs de Schéma d’Aménagement Numérique du Territoire les « conditions nécessaires minimales Orange pour être FAI sur un réseau tiers ». Et au-delà des considérations techniques, contractuelles et tarifaires, Orange examine en permanence les opportunités d’achats aux RIP et se détermine au moment de la programmation de ses investissements, notamment en termes de calendrier et de zones géographiques.

 

 

Quels sont les atouts d’Orange auprès des collectivités qui souhaitent déployer un RIP ? 

CL : Notre atout majeur auprès des collectivités est d’être un opérateur complet. Le savoir-faire du Groupe intervient sur toute la chaîne de valeur pour le client : depuis la conception, le déploiement, l’exploitation jusqu’à la commercialisation de réseaux FTTH. Choisir Orange pour un RIP, c’est choisir un opérateur qui a l’expérience du déploiement de millions de prises, qui assure une présence de proximité dans tous les départements, avec près de 15 000 salariés dont l’activité est consacrée aux réseaux et offre une compréhension fine des enjeux du territoire et près de 150 collaborateurs dédiés exclusivement à la relation avec les collectivités territoriales, disponibles au quotidien pour elles, y compris en dehors du contrat du RIP. Pour chaque RIP opéré, nous mettons en place des équipes spécialisées, composées d’experts techniques, marketing, financiers et juridiques qui accompagnent les collectivités et les équipes locales, tout au long de leur projet.

 

Mais choisir Orange, c’est aussi, et peut-être même avant tout, choisir un acteur responsable et engagé qui ne laisse personne au bord du chemin et garantit la pérennité de l’investissement public. Notre vision s’appuie sur la mobilisation de ressources internes et externes de façon responsable. Pour cela, nos réponses aux procédures d’appels d’offres reposent sur des engagements crédibles, techniquement, financièrement, commercialement, mais aussi socialement. Enfin, choisir Orange, c’est faire le choix de l’audace, parce que nous sommes conscients que nous avons tout à prouver pour toujours mieux servir les territoires et montrer notre capacité à nous remettre en question, à écouter et servir nos délégants.

_mi_4124_pp

Grands témoins

  • « La création de 7 à 8 000 emplois »

    Patrick Weiten, Président du Conseil départemental de la Moselle .

    « Moselle Fibre a lancé une procédure de délégation de service public en vue de l’exploitation et de la commercialisation de son réseau Très Haut Débit en juillet 2015. Après consultation de plusieurs opérateurs, c’est l’offre d’Orange, conjuguant pertinence technique, attractivité économique et garanties juridiques solides, qui a été retenue. Le THD va permettre l’accès à internet d’un plus grand nombre de nos concitoyens, et le développement des usages dans de multiples domaines : la santé, le commerce et le tourisme, l’éducation, mais aussi la mise à disposition de données publiques ou le télétravail. Pour la Moselle, cela pourrait se traduire d’ici à 2020 par la création de 7 à 8 000 emplois durables, directs et indirects, irriguant l’ensemble de notre économie, et le développement d’entreprises locales, qui vont bénéficier d’une performance accrue de 15 % en moyenne grâce au THD. »

     

    Patrick Weiten, Président du Conseil départemental de la Moselle .

    « Moselle Fibre a lancé une procédure de délégation de service public en vue de l’exploitation et de la commercialisation de son réseau Très Haut Débit en juillet 2015. Après consultation de plusieurs opérateurs, c’est l’offre d’Orange, conjuguant pertinence technique, attractivité économique et garanties juridiques solides, qui a été retenue. Le THD va permettre l’accès à internet d’un plus grand nombre de nos concitoyens, et le développement des usages dans de multiples domaines : la santé, le commerce et le tourisme, l’éducation, mais aussi la mise à disposition de données publiques ou le télétravail. Pour la Moselle, cela pourrait se traduire d’ici à 2020 par la création de 7 à 8 000 emplois durables, directs et indirects, irriguant l’ensemble de notre économie, et le développement d’entreprises locales, qui vont bénéficier d’une performance accrue de 15 % en moyenne grâce au THD. »

     

  • " Orange joue le jeu "

    Romain Gabrielli, directeur de Gers Numérique.

    « Nous avons attribué à Orange ce nouveau marché pour la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance (CREM) du réseau public très haut débit en fibre optique du Gers. Orange joue le jeu en termes de délais, mais aussi avec des partenaires locaux, des sous-traitants qui sont tous gersois, la création de filières dédiées aux métiers de la fibre dans le lycée et le CFA de Samatan. Orange consacre aussi un effort particulier à l’insertion professionnelle dans les chantiers et dans les phases d’étude de ce déploiement fibre optique. »

    Romain Gabrielli, directeur de Gers Numérique.

    « Nous avons attribué à Orange ce nouveau marché pour la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance (CREM) du réseau public très haut débit en fibre optique du Gers. Orange joue le jeu en termes de délais, mais aussi avec des partenaires locaux, des sous-traitants qui sont tous gersois, la création de filières dédiées aux métiers de la fibre dans le lycée et le CFA de Samatan. Orange consacre aussi un effort particulier à l’insertion professionnelle dans les chantiers et dans les phases d’étude de ce déploiement fibre optique. »

  •  " C’est un enjeu à la fois social, culturel et  économique "

    Philippe Grosvalet, président du Conseil département de Loire-Atlantique.

    « Le Département est là dans son rôle d’aménageur de proximité, dans une logique de solidarité. Parce que le numérique constitue un réel progrès collectif, il doit être accessible à tous. L’action du Département est indispensable pour déployer l’internet en dehors des grandes agglomérations. Pour les habitants, les entreprises et les territoires de Loire-Atlantique, la fibre est source de développement et de perspectives car elle permet la création de nouveaux usages et de nouveaux services. Cet investissement propulse notre département dans l’avenir ! »

    Philippe Grosvalet, président du Conseil département de Loire-Atlantique.

    « Le Département est là dans son rôle d’aménageur de proximité, dans une logique de solidarité. Parce que le numérique constitue un réel progrès collectif, il doit être accessible à tous. L’action du Département est indispensable pour déployer l’internet en dehors des grandes agglomérations. Pour les habitants, les entreprises et les territoires de Loire-Atlantique, la fibre est source de développement et de perspectives car elle permet la création de nouveaux usages et de nouveaux services. Cet investissement propulse notre département dans l’avenir ! »

  • « Le Très Haut Débit contribue au désenclavement des territoires ruraux »

    Myriam Fougère, maire d’Ambert, conseillère régionale Auvergne.

    « Confiée à l’opérateur Orange, la première tranche du Réseau d’Initiative Publique Auvergne Très Haut Débit est opérationnelle depuis fin 2015. L’extension est en cours et environ 85 % de notre commune devrait être couverte à fin 2017. À l’instar des infrastructures routières et de transport, le Très Haut Débit participe au désenclavement des territoires ruraux. Il contribue à réduire la fracture numérique et renforce l’attractivité, tant industrielle que touristique ou commerciale, de la région. C’est également un atout indispensable si l’on veut accueillir de nouveaux habitants, notamment des familles avec enfants, pour redynamiser notre démographie. Nos établissements d’enseignement, par exemple, bénéficient désormais d’équipements et d’outils numériques autorisant la mise en place de pédagogies nouvelles, très interactives, en ateliers ou en groupes, auxquelles les élèves et professeurs adhèrent pleinement. »

    Myriam Fougère, maire d’Ambert, conseillère régionale Auvergne.

    « Confiée à l’opérateur Orange, la première tranche du Réseau d’Initiative Publique Auvergne Très Haut Débit est opérationnelle depuis fin 2015. L’extension est en cours et environ 85 % de notre commune devrait être couverte à fin 2017. À l’instar des infrastructures routières et de transport, le Très Haut Débit participe au désenclavement des territoires ruraux. Il contribue à réduire la fracture numérique et renforce l’attractivité, tant industrielle que touristique ou commerciale, de la région. C’est également un atout indispensable si l’on veut accueillir de nouveaux habitants, notamment des familles avec enfants, pour redynamiser notre démographie. Nos établissements d’enseignement, par exemple, bénéficient désormais d’équipements et d’outils numériques autorisant la mise en place de pédagogies nouvelles, très interactives, en ateliers ou en groupes, auxquelles les élèves et professeurs adhèrent pleinement. »

  • « Exploiter et commercialiser le RIP »

    Christophe Hervé, Directeur Général de Très Haut Débit Bretagne, filiale RIP d’Orange pour la Bretagne..

    Quel est le rôle de cette filiale ?

    Après mise en concurrence, les collectivités locales des quatre départements bretons – Côtes-d’Armor, Ille-et-Vilaine, Morbihan et Finistère et la Région Bretagne–, réunies au sein du Syndicat mixte Mégalis Bretagne, ont décidé de nous confier le soin d’exploiter et de commercialiser, pendant une durée de 17 ans, le réseau public de fibre optique dont elles assument la construction à l’échelle de la région.

     

    Comment travaille-t-elle ?

    THD Bretagne assure l’exploitation technique du réseau au fur et à mesure de sa construction, son fonctionnement 24h/24, 7j/7, la maintenance curative en cas d’incident et la maintenance préventive pour assurer un haut niveau de performance. Au fur et à mesure de sa construction, nous proposons l’usage de ce réseau breton, moyennant le paiement d’un droit d’utilisation, aux Fournisseurs d’Accès Internet, qui pourront ensuite faire une offre de services de fibre optique aux particuliers, professionnels et entreprises bretons. De notre côté, nous versons une redevance à Mégalis Bretagne. 600 000 logements, pour moitié en zone rurale et pour moitié en zone urbaine, seront raccordés à ce réseau en 2023.

    Christophe Hervé, Directeur Général de Très Haut Débit Bretagne, filiale RIP d’Orange pour la Bretagne..

    Quel est le rôle de cette filiale ?

    Après mise en concurrence, les collectivités locales des quatre départements bretons – Côtes-d’Armor, Ille-et-Vilaine, Morbihan et Finistère et la Région Bretagne–, réunies au sein du Syndicat mixte Mégalis Bretagne, ont décidé de nous confier le soin d’exploiter et de commercialiser, pendant une durée de 17 ans, le réseau public de fibre optique dont elles assument la construction à l’échelle de la région.

     

    Comment travaille-t-elle ?

    THD Bretagne assure l’exploitation technique du réseau au fur et à mesure de sa construction, son fonctionnement 24h/24, 7j/7, la maintenance curative en cas d’incident et la maintenance préventive pour assurer un haut niveau de performance. Au fur et à mesure de sa construction, nous proposons l’usage de ce réseau breton, moyennant le paiement d’un droit d’utilisation, aux Fournisseurs d’Accès Internet, qui pourront ensuite faire une offre de services de fibre optique aux particuliers, professionnels et entreprises bretons. De notre côté, nous versons une redevance à Mégalis Bretagne. 600 000 logements, pour moitié en zone rurale et pour moitié en zone urbaine, seront raccordés à ce réseau en 2023.

Mis à jour le 29.06.2017

Dialogues en régions

L'information de vos territoires

Dans la même rubrique

  • Sécurité

    Quelles défenses contre les menaces informatiques ?

    Lire la suite
  • Responsabilité et citoyenneté

    COP21, tous unis contre le réchauffement climatique

    Lire la suite
  • Responsabilité et citoyenneté

    La French Tech, une marque d’avenir

    Lire la suite
  • Big Data, des données et des services ?

    Lire la suite
  • La révolution numérique par l’école

    Lire la suite

#Dialogues

  • Chantal Maurice RT @AtvGuyane: #Replay Face A Face du 11 Décembre est disponible https://t.co/EFm9Ug3s1u https://t.co/B1MPSjRWjb
    Le 12 décembre 2017 à 1h

  • Djamel Boufime RT @VDNHazebrouck: #Flandre Environ 3 000 foyers privés d’électricité à cause de la météo ->https://t.co/Svgy1yg46h https://t.co/CopR8XmvUE
    Le 12 décembre 2017 à 0h

  • Djamel Boufime RT @FabTechnoMelO: #Economie ———————————— #Interview : @srichard (Stéphane Richard) donne sa vision d’#Orange, tournée vers l’avenir ! by…
    Le 12 décembre 2017 à 0h

Retour en haut de page