Dialogues live

COP21, tous unis contre le réchauffement climatique

Du 30 novembre au 11 décembre, Paris a accueilli la 21e Conférence internationale sur le climat (COP21), dont l’objectif était d’aboutir à un accord permettant de limiter à 2 °C la hausse des températures d’ici à la fin du siècle. Orange en était partenaire technique. dialogues revient sur cet événement majeur avec l’explorateur Jean-Louis Etienne, un habitué des régions polaires qui fut le premier homme à atteindre le pôle Nord en solitaire.

Lire l'interview

Responsabilité

Engagement

Jean-Louis Etienne, Explorateur

Retour sur les enjeux de la COP 21 pour les collectivités locales et l’analyse de l’explorateur des régions polaires, Jean-Louis Étienne.

Engagement

Brigitte Dumont, Directrice responsabilité sociale entreprise groupe, Orange

Pour quelles raisons Orange a-t-il été partenaire de la COP21 ?

Brigitte Dumont : Les technologies numériques et leurs usages se développent à très grande vitesse. Acteur majeur de cette transition, Orange s’engage à permettre à ses clients de se connecter en permanence avec ce qui leur est essentiel tout en limitant leurs impacts sur l’environnement. Nous avons la volonté d’accompagner la transition écologique et énergétique dans les domaines du changement climatique, de la gestion des ressources et des déchets et de la protection de la biodiversité.

 

 

Comment ce partenariat s’est-il traduit durant la conférence ?

B.-D. : Orange a fourni des smartphones aux délégués des Nations unies et du secrétariat général, une couverture en 2G/3G/4G pour les 40 000 participants et 3 000 journalistes attendus. Par ailleurs, un accès très haut débit permanent via la fibre optique sur Le Bourget a été mis à la disposition des représentants de la société civile présents. Orange a également équipé en Wi-Fi les 200 véhicules officiels dans le cadre d’un partenariat avec l’Alliance Renault Nissan. à cette occasion, notre Salon de la recherche a mis cette année l’accent sur nos solutions éco-innovantes. Enfin, nous avons soutenu la communauté « Place to B » qui rassemblait, à Paris, blogueurs, journalistes, photographes, dessinateurs, youtubers et autres entrepreneurs.

 

 

Quelles sont les solutions mises en place par Orange pour limiter l’impact environnemental en interne, notamment dans son réseau ?

B.-D. : Elles sont très nombreuses. Nous avons virtualisé un grand nombre de nos serveurs de collecte de données afin d’accroître leurs capacités tout en réduisant leur impact environnemental. Préfigurant l’avenir, notre data center de Val de Reuil, installé près de Rouen, utilise le free cooling, une méthode innovante et économique de ventilation optimisée qui utilise l’air extérieur pour refroidir les serveurs. En une année, l’économie peut atteindre la consommation électrique d’une ville de 30 000 habitants. Nos nouveaux bâtiments sont labellisés Haute Qualité Environnementale. Notre parc automobile est constitué de véhicules électriques, hybrides ou à très bas taux d’émission de CO2. Nous privilégions les vidéoconférences aux déplacements physiques et avons investi dans le réseau LORA (LOw power aReA), qui assure la connectivité des objets connectés avec une très faible consommation d’énergie.

 

 

Et en externe, comment réduisez-vous l’impact environnemental de vos produits et services ?

B.-D. : Là encore, nos actions sont multiples. Nous développons des systèmes intelligents dans de nombreux domaines : gestion des transports urbains, des flux énergétiques, des exploitations agricoles, etc. Optimiser la gestion des transports routiers au sein d’une ville, par exemple, c’est contribuer à réduire ses émissions de CO2. Nous avons aussi signé un partenariat avec le CREA (Centre de Recherche sur les Écosystèmes d’Altitude). Avec notamment l’appui de nos techniciens volontaires pour assurer la maintenance de plus de 60 stations climatiques, nous avons un objectif commun : favoriser l’implication collective autour de l’observation de l’évolution des paysages, de la faune et la flore du Mont-Blanc (www.atlasmontblanc.org). Un mélange de pédagogie collective et de responsabilisation individuelle.

 

 

La collecte de mobiles usagés fait-elle aussi partie des actions menées par Orange en faveur de l’environnement?

B.-D. : Absolument, avec plus de 1,6 million de téléphones usagés collectés en 2014. En France, Orange a mis en place un dispositif de collecte des mobiles usagés dans différents lieux : points de vente, entreprises, collectivités locales, etc. En complément de notre offre de reprise proposée en points de vente, nous menons des actions de collecte ecocitoyenne comme celle réalisée en partenariat avec le rectorat de Dijon et les élèves du lycée Marey de Beaune, qui ont récolté plus de 1 700 téléphones usagés en moins de deux mois. Ces actions de recyclage sont emblématiques de notre engagement dans une logique d’économie circulaire, ambition appuyée par notre nouveau partenariat avec la Fondation Mac Arthur. 2100 mairies françaises ont mis en place le recyclage en 2015. La mise en place de collecteurs dans les mairies est gratuite et « clé en main ».

Engagement

Jean-Louis Étienne, Explorateur

Êtes-vous satisfait des résultats obtenus par la COP21 ?

Jean-Louis Étienne : Quand Laurent Fabius, le président de la COP21, a annoncé d’un coup de maillet que l’accord de Paris était accepté, j’ai levé les bras au ciel. Ce n’est pas l’accord contraignant qu’on pouvait espérer, c’est le plus petit dénominateur commun des mesures acceptables par tous les pays permettant d’obtenir un accord universel. C’est un point de départ, maintenant il faut agir vite. Les États ont accepté un suivi périodique de leurs engagements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et, pour les pays développés, de financer le Fonds vert. Ils ne pourront plus désormais retarder ou faire semblant, les ONG et la société civile seront là pour les « marquer à la culotte », avec le pouvoir amplificateur des réseaux sociaux.

Que peuvent faire les collectivités territoriales contre le réchauffement climatique ?

J.-L. É. : Les territoires sont des acteurs du changement, et les municipalités exploitent toutes les ressources énergétiques possibles : méthanisation des déchets, transports en commun, etc. Tout cela va dans le sens des économies d’énergie. Chacun d’entre nous est un acteur du climat. L’individu peut apporter des solutions efficaces, comme l’isolation de l’habitat, les doubles fenêtres, etc. Des mesures sont prises dans la limitation de la consommation d’essence, avec le covoiturage, les transports en commun. Il faut comprendre la préciosité de l’énergie, être attentif à la consommation.

Grands témoins

  • « Collecter et analyser des données environnementales »

    Richard Szyba, chef de projet collaboratif aux Orange Labs, dans le département M2M, Internet of things & Smart cities (MIS).

    « Confrontées à des problématiques toujours plus complexes, les grandes agglomérations doivent trouver des solutions pour améliorer la mobilité et la qualité de vie en ville, fluidifier le trafic ou encore favoriser l’usage des transports collectifs. La métropole Nice Côte d’Azur s’est lancée dans l’aventure grâce à un projet initié sur la plateforme collaborative du Smart City Innovation Center. Le Monitoring urbain environnemental (MUE) est un projet de recherche dont l’enjeu est de déployer un réseau de capteurs innovants connectés via des réseaux sans fil à une plateforme de service, afin de collecter et d’analyser des données environnementales diverses. Avec une finalité : concevoir et expérimenter de nouveaux services pour optimiser le traitement des déchets, les économies d’énergie, la gestion du trafic, la lutte contre les pollutions de l’air et les nuisances sonores. En tout, une vingtaine de services seront testés. »

    Richard Szyba, chef de projet collaboratif aux Orange Labs, dans le département M2M, Internet of things & Smart cities (MIS).

    « Confrontées à des problématiques toujours plus complexes, les grandes agglomérations doivent trouver des solutions pour améliorer la mobilité et la qualité de vie en ville, fluidifier le trafic ou encore favoriser l’usage des transports collectifs. La métropole Nice Côte d’Azur s’est lancée dans l’aventure grâce à un projet initié sur la plateforme collaborative du Smart City Innovation Center. Le Monitoring urbain environnemental (MUE) est un projet de recherche dont l’enjeu est de déployer un réseau de capteurs innovants connectés via des réseaux sans fil à une plateforme de service, afin de collecter et d’analyser des données environnementales diverses. Avec une finalité : concevoir et expérimenter de nouveaux services pour optimiser le traitement des déchets, les économies d’énergie, la gestion du trafic, la lutte contre les pollutions de l’air et les nuisances sonores. En tout, une vingtaine de services seront testés. »

  • « Un partenariat en faveur de la biodiversité »

    Antoine Burnet, directeur commercial & marketing de la Compagnie du Mont-Blanc .

    « Le Centre de Recherche sur les Écosystèmes d’Altitude de Chamonix (CREA) et Orange se sont alliés en faveur de la biodiversité. Ce partenariat, de trois ans, consiste à nous fournir des capteurs environnementaux permettant d’améliorer les protocoles d’observation de l’information scientifique sur le climat en montagne. Des salariés bénévoles du groupe Orange assurent également la maintenance des 60 stations climatiques du CREA. Ils sont engagés dans une démarche scientifique participative et ont pour mission d’interroger la population sur les évolutions écologiques. Nous sommes fiers de ce projet pour l’aspect tant novateur qu’humain. »

    Antoine Burnet, directeur commercial & marketing de la Compagnie du Mont-Blanc .

    « Le Centre de Recherche sur les Écosystèmes d’Altitude de Chamonix (CREA) et Orange se sont alliés en faveur de la biodiversité. Ce partenariat, de trois ans, consiste à nous fournir des capteurs environnementaux permettant d’améliorer les protocoles d’observation de l’information scientifique sur le climat en montagne. Des salariés bénévoles du groupe Orange assurent également la maintenance des 60 stations climatiques du CREA. Ils sont engagés dans une démarche scientifique participative et ont pour mission d’interroger la population sur les évolutions écologiques. Nous sommes fiers de ce projet pour l’aspect tant novateur qu’humain. »

  • « Un data center emblématique du savoir-faire Orange »

    Justine Pichard et Guy Mallégol, Responsables du management de l’Environnement à la direction des infrastructures d’Orange .

    « Le data center Normandie concentre tout un ensemble de «technologies vertes». Cela se traduit par d’importantes économies d’énergie et par la maîtrise des risques de pollution de l’air, de l’eau et du sol : pas de gaz d’extinction polluant, des systèmes de blocage automatique des évacuations en cas de pollution accidentelle, des surfaces dédiées aux traitements des déchets… Les certifications ISO 14001 et HQE sont une reconnaissance de nos engagements environnementaux. Ses façades bois et ses 600 m² de mur végétal lui permettent de s’intégrer parfaitement dans le Bocage normand. Ce Data center est emblématique du savoir-faire Orange en matière de respect de l’environnement et constitue une grande fierté pour notre Groupe. »

    Justine Pichard et Guy Mallégol, Responsables du management de l’Environnement à la direction des infrastructures d’Orange .

    « Le data center Normandie concentre tout un ensemble de «technologies vertes». Cela se traduit par d’importantes économies d’énergie et par la maîtrise des risques de pollution de l’air, de l’eau et du sol : pas de gaz d’extinction polluant, des systèmes de blocage automatique des évacuations en cas de pollution accidentelle, des surfaces dédiées aux traitements des déchets… Les certifications ISO 14001 et HQE sont une reconnaissance de nos engagements environnementaux. Ses façades bois et ses 600 m² de mur végétal lui permettent de s’intégrer parfaitement dans le Bocage normand. Ce Data center est emblématique du savoir-faire Orange en matière de respect de l’environnement et constitue une grande fierté pour notre Groupe. »

Mis à jour le 17.07.2015

Dialogues en régions

L'information de vos territoires

Dans la même rubrique

  • Réseaux Orange

    Quand le THD passe par un Réseaux d’Initiative Publique

    Lire la suite
  • Sécurité

    Quelles défenses contre les menaces informatiques ?

    Lire la suite
  • Responsabilité et citoyenneté

    La French Tech, une marque d’avenir

    Lire la suite
  • Big Data, des données et des services ?

    Lire la suite
  • La révolution numérique par l’école

    Lire la suite

#Dialogues

Retour en haut de page