Paris

Engagement

Téléassistance Grave Danger (TGD), retour sur un dispositif efficace mis en place à Paris depuis 2012.

Le dispositif TGD permet d’améliorer et de renforcer la protection des femmes victimes de violences conjugales demeurant à Paris.

La violence conjugale constitue l’une des principales causes de morts violentes en France. En 2015, tous les deux jours et demi, un homicide est commis au sein du couple. On compte entre 3 000 et 4 000 procédures pour violences conjugales enregistrées chaque année sur Paris.

 

Pour répondre à ce problème, le procureur de la République et le Maire de Paris ont décidé en 2012, de mettre en place un dispositif de protection pour les femmes victimes de violences en très grand danger : Téléassistance Grave Danger (TGD). Le système fournit à ces femmes un téléphone portable leur permettant d’accéder aux services de police par un circuit dédié : un système d’alerte court et rapide, accessible 7jours/7, 24heures /24 et avec depuis peu une fonction de géolocalisation GPS.

 

La ville et la région sont impliquées, mais aussi de nombreux services gravitant autour des droits des femmes, Mondial Assistance, etc. Dès le début, Orange a encouragé la ville de Paris à mettre en place ce programme et soutient aujourd’hui activement cette action en fournissant aux personnes en Très Grand Danger les téléphones portables d’alerte et l’application associée.

 

Au terme de ces 4 années et demi, 52 femmes ont pu bénéficier de ce système et plus de 120 enfants mineurs ont été concernés par la mise en protection de leur mère à Paris. Cela a conduit à 62 interventions justifiées de la police, dont 4 ont donné lieu à l’interpellation de l’auteur des violences.

 

Au vu du succès, le dispositif a été reproduit sur plusieurs autres grandes villes françaises. C’est aujourd’hui plus de 800 personnes qui bénéficient de ce service sur l’ensemble du territoire.

 

Le dispositif TGD a aussi un rôle dans le parcours personnel de sortie des violences via une réassurance, une écoute et une prise en considération de sa situation juridique, sociale, professionnelle et psychologique. Il offre à ces femmes la possibilité d’améliorer leur situation, non seulement au regard du danger, mais aussi de leur situation sociale et familiale.

 

 

Source : Délégation victimes du Ministère de l’intérieur, MIPROF et Services de police Paris.

En régions

L'information de vos territoires

Dans la même rubrique

  • Paris

    LES GRANDS VOISINS, LE PARTAGE EN PLEIN CENTRE DE PARIS

    Lire la suite

#Twitter

  • Laurence Fossé La #Bretagne sous le soleil #StCast https://t.co/amnrSYCTIh
    Le 25 février 2018 à 11h

  • Chauveau Dominique RT @mvidal80: Revenir en arrière des piétonalisations qui font face à la mobilité polluante et ses effets sanitaires, c'est d'agir contre l…
    Le 25 février 2018 à 10h

  • Faucouneau Bénédicte Éplucher, trancher, émincer avec une luxation du pouce, j’ai vu plus simple 🤕 https://t.co/4nbeQO58fj
    Le 25 février 2018 à 10h

Retour en haut de page